Nuit tribale

009 ter

Toujours il se dérobe. Les faciès de grimaces ont perdu toute expression, seuls les yeux des bêtes et des hommes brillent dans l’obscurité qui accueille ce soir la transe et l’épilepsie. Les rictus, les masques du grotesque se fondent en une noce où hurle la sauvagerie, où formes et couleurs se noient les unes les autres. A qui observe la fusion de cette troupe de fous et de cannibales, les barreaux des grilles n’offrent pas de sécurité.

Les corps s’étiolent, se distordent, se déchirent, s’avachissent, s’épanouissent en une flaque molle, mouvante et multicolore. Danse macabre menée par oncque squelette, mort en filigrane… Des filins lumineux les relient tous à la masse de la grappe en mouvement, déchirant la noire acrimonie du pavé qui saccade sa sauvagerie d’un soir. La froideur des teintes bleutées de ce sabbat barbare et sacré est tout juste trouée par la stridence d’une tâche rouge, aussi vite qu’elle est venue anéantie dans la précipitation, absorbée par la comète et l’abjection des êtres agglutinés. Elle se désintègre alors dans la tiédeur lavasse de la naissante ogresse nocturne.

Puis, lentement, comme usés par l’explosion et la fusion des chairs, ils reviennent, au pas, pour se relancer dans une orgie de vitesse en protégeant leur nouveau joyau d’ébène vomi, sans le livrer aux voleurs qui les poursuivent, par un monstre de métal. Dans les courbes de crin virant aux spirales jaunes sous l’œil glauque des lampadaires, le claquement scandé par le pavé maculé, les hennissements de la populace apoplectique et comme fanatisée du flou qui l’affole, ils entrent au grand galop, dissimulant le noir trésor qu’ils retiennent tant bien que mal et font semblant de sacrifier à la convoitise des corps exaltés qui tentent encore de s’accoupler à lui en une compulsive étreinte.                    

E.B.

Cet article a été publié dans En vrac (avant sept. 2015). Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s