Schubert, un adagio

  Au loin des restes d’orage.                                                                                 Des nuées s’étirent, se ramassent, s’effacent.                                                 L’or d’un soleil déjà couché,                                                                         Ourle les collines obscures.                                                                                 La lumière pèse, s’enfonce peu à peu, laissant apparaître                               ce qui serait une aurore verte de couchant,                                                   sans ce voile de pluie lentement tiré sur l’horizon.

                                                                                        A.D.

Cet article a été publié dans Saison 1 : 2015/16. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s