Passage

Naissance d’un jour. Un autre jour. Un jour nouveau, amené par les vents du sud.

Un glissement furtif que rien n’agrippe. Un glissement hors du temps qui effleure la peau. Là, imperceptible. L’oeil devient tactile.

Une eau de pluie s’irise à peine. L’onde se déplace d’entre les joncs.

L’homme, debout sur sa barque, traverse la brume. Silhouette opaque dans l’éclosion du jour. Solitaire, il avance.

Il avance dans l’eau profonde et obscure.

Un seul frémissement végétal ; les rames bruissent dans le silence de l’ondée.

Une avancée, puis le retrait…. Glissement d’une vision.

La barque murmure au loin, ouvrant peu à peu les feuilles lisses du jour à venir.

SG (8/10/2015)

Cet article a été publié dans Saison 1 : 2015/16. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s