Rage

Dans la répartie, il attaquait, incisif.

Il ne se retournait jamais sur les bribes et fragments du souvenir obscur et secret.

Le mur était toujours là ; de cette même couleur, ce gris de l’ennui et du désarroi. De porte en porte, le passage devenait de plus en plus étroit ; les angles se faisaient de plus en plus serrés.

Qui se cache derrière les barreaux de l’illusion ?

Réponds-moi, disait-il toujours sur le même ton.

Pressante, pressée, pressurisée, telle était sa morsure.

Sur le bitume, claquaient ses chaussures.

Aux fenêtres, frappait la pluie.

Un chien se mit à aboyer dans la nuit. Seul, le silence parlait, telle une lame dans le brouillard.

25/06/2015

SG

Cet article a été publié dans En vrac (avant sept. 2015). Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s