Le plongeoir

Quand il pénétra ce matin là dans l’enceinte de la piscine une chose frappa son regard : le plongeoir. Il ressemblait à une grue de chantier avec des croisillons blancs pour en assurer la solidité. On gagnait les deux niveaux, à cinq mètres et dix mètres par une échelle métallique.

Après avoir pris une douche rapide, la tête vide, il commença l’ascension. Les barreaux étaient ronds et froids. D’abord la main droite et en même temps le pied droit puis la main gauche agrippait l’échelon supérieur pendant que le pied gauche faisait de même. Son corps avait le déhanchement d’un trotteur de Vincennes, filmé au ralenti. La progression était lente et pénible à cause de la configuration des barreaux difficilement supportable pour la plante de ses pieds nus .Alors plutôt que de les poser perpendiculairement sur le degré supérieur il tenta d’augmenter la portance en les plaçant horizontalement. Il eut le sentiment d’une marche en canard, mais les premières douleurs cessèrent et il continua de monter, les yeux fixés sur la première plateforme qui l’aspirait. En bas, les rares baigneurs, éloignés de quelques mètres, le poussaient à grimper plus haut. Arrivé au premier tremplin, il regarda l’eau verte, hésita un instant puis reprit son ascension. Etait-ce la fatigue ? Mais il se sentait seul dans son effort. Ses doigts commençaient à se crisper et à lui faire mal. La tentation de redescendre effleura son esprit. Le regard, de quelques filles au bord de l’eau, le condamna à reprendre son escalade. Il était maintenant à environ sept mètres cinquante du sol et n’avait vraiment pas envie d’aller plus haut. La tour du plongeoir grinçait et oscillait. Un coup d’œil vers le sol le persuada que son saut était attendu. Il ne vit pas d’autre issu que de continuer sa progression.

Arrivé sur l’ultime plateforme, il s’accrocha au garde-corps. En bas la piscine était petite. Les jambes molles, il s’approcha de la planche. Elle était étroite interminable, un tremplin de funambule, un chemin de guillotine.

F.L.R.

Cet article a été publié dans Saison 1 : 2015/16. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Le plongeoir

  1. les trois dernières lignes sont absolument parfaites

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s