Absence, mon absence, ô ma forme fermée…. (P.V)

La journée faillit commencer à l’instant où il ouvrit les yeux mais un courant impérieux le tira en arrière aussi il reprit son canotage dans l’eau verte du canal et les vénérables demeures des doges paradèrent de nouveau sous son regard en un défilé lent et ouaté comme s’il glissait sur de la neige lui offrant tout loisir de revoir le cortège de chemises de nuit pendues aux fenêtres empesées par le vent et illuminées de l’intérieur comme des lampions juste avant qu’un pont terriblement étroit ne vint à sa rencontre pour se perdre derrière lui le laissant filer entre de hauts trottoirs vides sinon un chien qui n’avait cessé de le suivre tantôt proche tantôt lointain ici jappant et candide là penaud et sur la défensive mais jamais loin aussi l’idée germa de lui faire un signe amical et pourquoi pas de l’appeler mais il songea que la pauvre bête si attachante devait répondre à un nom proprement vénitien plutôt qu’à aucun autre d’ailleurs sa barque abordait le quai de la grande place qu’il se mit aussitôt à arpenter marchant droit devant pour comprendre peu à peu que la Piazza démultipliait sous ses pas la surface de son pavage l’empêchant de rejoindre la basilique qui lui paraissait si atteignable c’est alors qu’un pigeon se posta devant lui inclinant sa tête d’un côté tout en levant une patte dans sa direction comme pour lui dire eh bien mon pauvre vieux te voilà dans de beaux draps puis comme le narquois volatile prenait de la hauteur il se retrouva debout dans sa gondole voyant l’embarcadère s’éloigner et à nouveau foncer sur lui le même pont cette fois étroit comme le chas d’une aiguille puis soudain haut comme un viaduc avec un dormeur en guenilles couché tout au bord du parapet assez fou pour ne pas craindre de verser dans le canal et comme il s’apprêtait à le mettre en garde il songea qu’un réveil brutal pourrait précipiter sa chute c’est alors que le chien réapparu baguenaudant d’une rive à l’autre sautant par dessus les eaux du canal avec la même invincible assurance que le dormeur et souverainement indifférent aux chemises de nuit qui pendaient aux fenêtres telles des fantômes bras et troncs livides agités par une brise nocturne en une sarabande dont le gondolier se détourna subitement pris de malaise en constatant que l’eau qu’il pagayait devenait jaune mais vite rassuré d’apercevoir une vespasienne à l’angle d’une ruelle ce qui l’engagea à une manœuvre destinée à freiner son embarcation mais le courant bouillonnant de plus en plus ambré le porta jusqu’à la Piazza contraignant sa gondole à buter contre le ponton comme si toutes les voies fluviales devaient nécessairement y mener et devoir y échouer avec ce même formidable bruit caverneux qui fit s’envoler une nuée de mouettes stridulantes et c’est en prenant conscience avec effroi qu’un bec crochu lui piquetait le fond de l’oreille qu’il ouvrit les yeux mais quelque avatar le tira en arrière lui intimant d’éloigner sa barque du ponton de la Piazza aussi il pointa son aviron contre le quai poussant de toute sa force pour en détacher sa gondole qui s’éloigna d’où elle s’était échouée comme un fer subitement libéré d’un aimant et gagna le large d’où lui apparurent la Piazza la basilique di San Marco et le palais des doges éclairés d’une aura verdâtre qui tenait de la phosphorescence d’un champ de lucioles à moins que ce ne fut l’exubérante naissance du jour.

J.P.

Publicités
Cet article a été publié dans Saison 1 : 2015/16. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Absence, mon absence, ô ma forme fermée…. (P.V)

  1. fabnia dit :

    J’aime la rigueur syntaxique, modulée par l’absence de ponctuation qui donne au trajet du gondolier ce rythme particulier au rêve, où les images s’enchaînent, sans liaison ni rupture. J’aime la couleur du rêve vénitien, celle du linge aux balcons, l’image des lampions, celle des fantômes ensuite.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s