MOTS

Un histrion romantique plein d’arrogance devine n’a pas empêché les cleptomanes de la pensée de bâillonner les poètes.

En déambulation hébétées leurs elliptiques phrases invasives se posent en myriades étoilées dans la nuit boréale, à notre insu, tissées sur des parchemins historiques.

La mer est morte et l’or des mots, ravissants stratagèmes, pièges tendres au répertoire incertain. Alliés superbes et généreux formés aux incantations assassines.

De brocart et de velours sous le dais majestueux revoilà le dicible, la vérité et le délire et les rêves de femmes pourvoyeuses d’origamis flamboyants.

ROSY

Cet article a été publié dans En vrac (avant sept. 2015). Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s