Géométrie

Les mariés descendirent les marches de l’église bras dessus bras dessous et s’y arrêtèrent en leur milieu. Derrière, on jetait encore du riz et les cloches continuaient de gronder. Une petite, avec une robe colorée, assise sur les marches, soufflait des bulles de savon ; deux jeunes loustics, endimanché comme jamais, s’amusaient à se courir après en laissant éclater des rires ; les frères et le sœurs des mariés prenaient des photos du couple en esclaffant dans une certaine retenue ; le curé sortit de l’église avec le sourire aux lèvres ; une voiture, qui voulait se frayer un chemin à travers la foule d’invités, s’échappa en laissant couler un bruit de moteur. Les mariés se tenaient sur les marches de l’église, elle souriait avec largesse, ses yeux bleus survolaient tour à tour la foule autour d’eux. lui, très pâle, avait un sourire figé qui parfois disparaissait pour laisser voir le malaise qui l’avait pris, alors il tournait la tête et voyait quelqu’un de sa famille, à nouveau il souriait presque dans un éclat de rire.

 

Bruno.

Publicités
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Géométrie

  1. Malaise du marié. Bien vu.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s