Mégot

Il s’est penché pour le ramasser. Penché. Il aurait pu le ramasser. Trop court. Trop bas. Trop sale. Sa main est restée en suspens. Pas ça. Pas cette ordure. Je crois qu’il a marmonné quelque chose. Je lui ai dit. A quoi bon parler. Je savais que ce n’était pas vraiment une affaire d’hygiène. Il s’est encore penché. Je lui ai pris le bras. Je lui ai parlé à nouveau. A quoi bon. Le mégot encore fumant était tout prêt de tomber dans la grille d’égout. Il s’est penché. Son pied s’est avancé vers la grille. Il a bloqué le mégot. Bloqué le mégot avec sa chaussure. Sa main s’est avancée pour le prendre. S’en ai saisi. Il l’a porté à ses lèvres. A ses lèvres ce mégot pisseux, bosselé et maigre. A sa bouche ce mégot d’une autre misère. Je lui ai dit. A quoi bon parler. Pour quoi dire. Dedans, dehors : tout est sale. Après une bouffée, il l’a jeté dans le caniveau et écrasé avec sa chaussure. Ecrasé en faisant pivoter son pied de droite et de gauche. Quart de tour droite-gauche puis de nouveau quart de tour droite-gauche, et encore et encore. Nous en étions là. Je lui ai pris le bras pour le tirer du caniveau. Je lui ai dit. Je ne lui ai plus rien dit. Il voulait écraser, écraser, écraser jusqu’au jus, jusqu’à anéantir, néantiser. Il ne voulait pas décoller sa chaussure du caniveau. Il s’est cramponné à moi. Féroce. Et sa chaussure godillait, godillait, godillait………..

Marin Monroe

 

 

Cet article a été publié dans Saison 3. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s