Le camembert

camembertSimplicité d’une pâte ivoire moulée dans sa robe de papier gras à demi translucide ; tel serait le camembert.
Sitôt le passage de la lame d’un couteau préleveur d’un quartier ; va rester une place vide, un espace vacant entre deux bords crémeux qui n’auront de cesse de chercher à s’atteindre pour se ressouder, aussi, dès le lendemain, le corps du camembert sera à nouveau un cylindre plein et fort de sa pleine face crayeuse tachetée de rouille.
Un espace se serait rempli aussi simplement que n’importe quel objet prenant la place laissée libre par un autre si la simplicité des choses ne dissimulait un enfer de lois et de principes, ainsi, les enzymes contenus dans sa croûte ne permettraient cette régénération si un puissant tropisme à reprendre sa forme originelle n’y aidait.
On peut avancer, sans crainte d’être démenti, que l’univers du camembert est en constante expansion ; son mouvement général visant à combler sa partie manquante avec d’autant de célérité que les bords de son amputation sont plus éloignés.
Passé son heure incertaine, le sort du camembert ne sera pas ni plus simple ni plus enviable que le nôtre ; on le verra se racornir et s’infester de larves de Piophila casei ; la mouche du fromage.

Monroe.

Cet article a été publié dans Saison 3. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Le camembert

  1. atelierjpm dit :

    Il n’y avait pas une histoire de planête dans cette histoire là?!!

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s