Le facteur Monroe

C’est vous Monroe ?

A votre avis, qui d’autre ?

C’est vous oui ou non ?

C’est moi, bien sûr !

Vous comprenez que si ce n’est pas vous, je n’ouvre pas.

Exactement comme moi, si ce n’est pas vous je n’entre pas.

Je vous rassure, c’est bien moi.

Voulez-vous préciser, qui ça moi ?

Si vous ignorez qui je suis, alors vous ne pouvez pas être Monroe.

Assez de simagrées ! Je suis Monroe !

Avez-vous une pièce d’identité au nom de Monroe ?

Naturellement.

Pouvez-vous la glisser sous la porte ?

Il vous suffit de regarder dans le judas de votre porte pour vérifier que c’est bien moi.

Je ne vous connais pas.

Moi non plus je ne vous connais pas.

Je suis chez moi, qu’elle preuve voulez-vous de plus ?

Vous pourriez n’être qu’un invité, ou….

….Je ne suis ni un intrus, ni un squatter, je suis le propriétaire de cet appartement.

En ce cas glissez votre propre pièce d’identité sous la porte.

Faites de même. Non, attendez. Je songe que votre carte d’identité pourrait appartenir à un certain Monroe qui ne serait pas vous.

Pareil pour vous.

Finissons-en. Pour la dernière fois, êtes-vous bien Monroe ?

Ne m’avez-vous pas donné rendez-vous ? Qui d’autre pourrait se tenir devant votre porte si ce n’est moi ?

Quelqu’un qui aurait pris votre place.

Dans quel but ?

Mais tout simplement de pénétrer chez moi sous le prétexte d’être Monroe !

Personne ne rentre jamais chez vous sous aucun prétexte?

S’il m’est inconnu, il reste sur le palier.

Vous avez eu tout le temps de m’observer derrière votre œilleton et de me jauger alors que moi je ne sais même pas à quoi vous ressemblez ?

Au cas où vous l’oublieriez ; il y a un dehors et un dedans : ce qui pose deux statuts différents dont le principal est qu’une personne quémande de pénétrer chez l’autre, et que cette personne c’est vous. J’ai donc l’avantage.

Je ne suis ici que parce que vous l’avez souhaité.

En effet je souhaite rencontrer un certain Monroe et personne d’autre.

Et moi m’entretenir avec la personne qui m’a convoqué et personne d’autre.

Si vous étiez réellement Monroe vous n’auriez aucune crainte de me rencontrer.

Si vous étiez celui qui m’a donné rendez-vous vous ne douteriez pas que je sois Monroe.

Je peux vous faire un aveu.

Faites, au point où nous en sommes.

Mon nom est Monroe.

C’est improbable. Cependant, même dans le cas où vous seriez un Monroe, il me resterait à m’assurer que vous êtes bien le Monroe que je dois rencontrer et non pas n’importe quel autre Monroe.

Contrairement à vous : je suis Monroe, et je m’oppose à ce qu’on cherche à s’introduire chez moi sous le prétexte d’être un Monroe !

Je ne peux pas croire que vous soyez un Monroe pour la simple raison qu’à ma connaissance je suis le seul Monroe de cette ville.

Vous n’êtes pas le seul Monroe qui soit un Monroe puisque j’en suis un et que toute ma famille porte le patronyme de Monroe.

Votre famille n’a certainement rien à voir avec la mienne, sauf que nous, nous ne sommes pas des pseudo Monroe, mais d’authentiques Monroe.

Je ne vous permets pas de m’insulter. Je ne sais de quel asile vous vous êtes échappé, mais comptez sur moi pour signaler votre cas. Vous êtes un malade mon vieux !

La chose vaut tout autant pour vous. Je ne vais pas laisser la ville se peupler de « Monroe » de fantaisie, de pacotille….de complaisance !

Vous n’ignorez pas que « Monroe » est un pseudo, un nom de vedette de cinéma qui ne s’appelait pas du tout Monroe.

Ca n’empêche nullement qu’il y ait de vrais Monroe !

J’en suis la preuve. D’ailleurs des « Monroe » il y en a autant que des « Durand » !

En France, ma famille mis à part ; il y a très peu de Monroe.

Vous oubliez la mienne.

Sachez que contrairement à la vôtre, il existe encore des familles honnêtes qui sont de plein droit des Monroe.

Je me dois de vous informer que ma carte d’identité porte le patronyme de Monroe ; ce qui suffit à prouver que je suis bien un Monroe.

De nos jours les papiers falsifiés ne se compte plus ! Alors votre preuve..

Je ne suis pas un faussaire, mais un Monroe. Tant qu’à vous, qui que vous soyez, il est temps de débarrasser mon palier.

Je ne saurais donc jamais si vous étiez un Monroe ou un farceur.

Pour ma part j’ai la conviction d’avoir échappé de justesse à un faux Monroe.

Si vous étiez aussi établi dans votre identité que vous le dites, vous ne verriez pas de faux Monroe en place de vrais.

Nous, les Monroe, avons un flair spécial pour ce genre de chose.

Les Monroe n’ont rien de spécial si ce n’est d’être des Monroe, sans compter qu’il y a probablement autant de Monroe que de Monroe.

Laissez-moi vous dire que les Monroe, de par leur origine américaine, sont tous des gens « droits dans leurs bottes », des cow-boys fiers d’être des Monroe et qui ne cherchent pas à se faire passer pour autre que ce qu’ils sont. C’est d’ailleurs à ça qu’on les reconnait du premier coup d’œil.

D’après vous n’importe quel cow-boy serait un Monroe ? Pourquoi pas n’importe quel américain ?

Il y a du vrai dans ce que vous dites. Les Monroe sont un grand peuple. Pas étonnant qu’ils dirigent la planète. Leur suprématie ne s’est pas établie en un jour. Quand on est un Monroe, on a vocation à mettre de l’ordre dans les affaires du monde. Un Monroe est un conquérant. Un vrai Monroe aurait déjà pénétré chez moi, alors que vous, le soi-disant Monroe ; piétinez lamentablement sur mon palier, ce qui prouve à l’évidence que vous êtes un Monroe de bazar, un Monroe de comédie. Un Monroe à coucher dehors.

Marin Monroe

Cet article a été publié dans Saison 3. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s