Piqûre…

(des faits secs)

Je virevolte au-dessus de mes proies.Je me plais à passer au plus près de leurs oreilles. Leurs bras sont de jolies pistes d’atterrissage. Leurs tentatives pour m’écraser sont vaines. Leurs gestes sont si prévisibles. Je m’envole toujours avant. Je fais quelques loopings devant les ampoules allumées. Mes ailes frétillent à leur contact. Et non, malgré l’odeur de brûlé, je ne suis pas mort! du moins, pas encore…

Quoiqu’il arrive, je sais que ma vie est éphémère. Autant profiter des quelques plaisirs qu’elle m’offre.

… estivale

(des faits avec des ornements)

Comme tous les soirs, mes proies sont alignées devant le canapé. Elles ingurgitent les images qui défilent sur l’écran. D’un côté, elles me craignent. D’un autre, elles font tout pour m’appâter. Elles multiplient les sources de chaleur. Elles prennent soin de laisser la fenêtre béante. Je ne fais que répondre à leur invitation. Posté sur le mur blanc, j’observe Marie. Elle remonte ses cheveux sur sa nuque dans une sorte de chignon. Elle secoue négligemment son haut léger. Elle dévoile ses mains, ses bras, ses jambes nus. Elle ramène ses pieds sous ses fesses. Elle râle contre le canapé en skaï tout collant, contre la chaleur, contre moi et mes congénères. Je prend mon élan et virevolte au-dessus d’elle pour lui notifier ma présence. Je passe dans un courant d’air strident au plus près de son oreille. Elle essaie désormais de me chasser dans des gestes désarticulés. Je fais quelques passages devant les ampoules avant de prendre un peu de repos contre le mur. Les semelles en taille 41 passent à deux doigts de ma tête. Les mains en taille XXL s’essayent également. Encore un point pour moi. Elles croient qu’un simple coup de chiffon va me faire tourner de l’oeil. C’est mal me connaître. Je ne quitte pas Marie des yeux lors de mon envolée. Au moment où je décide de rectifier mon regard, je rentre en collision avec un de leurs serpentins miellés. Mes pattes, mon abdomen, mes ailes, ma mandibule…Tout est englué et ne fait qu’un  avec le serpentin. Ainsi s’achève mon bref passage sur Terre.

Cet article a été publié dans Saison 5 : 2019/20, Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s