PROIE

Simon der Alte – proposition du 25 Mai : Affects

Elle se rappelait d’une photo (seulement un souvenir : elle ne l’avait plus, cette photo qu’on avait prise d’elle) que Mathieu avait prise d’elle, elle regardait l’objectif, celui qui dirigeait sur elle cet objectif, Mathieu donc, il y avait cette électricité entre leurs corps (car c’était de leurs corps dont il était question) au milieu des tables dressées dont l’ordonnancement originel (une fête en l’honneur d’une promotion peut-être ou un départ en retraite) se trouvait déjà passablement malmené, laissant paraître (sur la photo par effet de perspective) dans l’espace inoccupé par les couverts et les nappes de papiers blancs salies une mandorle d’herbe où elle semblait se tenir, elle projetant son buste en avant, comme aspirée par cet oeil vide, consciente que dès qu’elle abaisserait son regard, elle serait prise, fixée sur la mémoire de l’appareil – elle se souvenait des contractions de son ventre à cet instant où le photographe n’avait pas encore arrêté son cadrage – , cette électricité de leurs corps dont elle n’avait pas l’expérience jusqu’alors (elle aurait soutenu que seuls les garçons éprouvaient cette sorte de tension), le sentiment que la vie / la mort tenait dans cet instant magique comme suspendu, puis d’un geste incongru elle avait renversé le gobelet plastique où Claude venait de lui verser un vin blanc du Rhin, traitant avec mépris la sensation désagréable du tissu souillé de sa robe collant contre sa cuisse et l’incident avait été enregistré sur la mémoire de l’appareil, la tache évidente, impossible à confondre avec une ombre, malaisante (elle ne pouvait imaginer les intentions du photographe – Mathieu, donc – elle dans la position de méfiance des indigènes pour lesquels la photo était, croyaient-ils, possiblement un dessaisissement de l’âme, de leur âme) et il y avait maintenant un débordement possible de colère, ici maintenant, comme sur la photo, comme en ce moment où précisément la photo avait été prise, elle mettait la désagréable érection du fin duvet de ses avant-bras au compte de ce qui ne pouvait être qu’une agression qui la défaisait, tentait de s’imposer à elle (peut-être se disait-elle ma raideur alors – les yeux sans tremblement, le buste porté en avant – prête à griffer … ), l’appareil ayant saisi ces éléments de paysage que la photo (qu’elle n’avait plus) lui avait révélés  : hangars, convives, moutons divaguant dans la prairie à-côté qu’elle avait découverts bien plus tard (elle n’avait pas cherché à en prendre connaissance même longtemps après cette explication qu’elle eut avec Mathieu) capturés en même temps qu’elle-même sur la mémoire-flash de l’appareil, avec un ciel bleu azur ravalés au rang de circonstances lui offrant autant d’occasions d’y puiser une force qui se résuma pour ses voisins à cette expression offusquée persistante qu’ils lui attribuèrent désormais tandis qu’elle ruminait le mot « proie ».

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s