Flux de conscience

Relire chaque année, parfois plusieurs fois par an, « les travailleurs de la mer ». Sa préface du moins, l’arme du progrès social : l’ironie … si cela ne témoignait de la présence des forces obscures, aristocratie auto-déclarée, clergés de toute obédience. Les Lumières comme révélation de la dignité de l’homme.

Croyez-vous que cela suffise pour tracer un destin ? Toujours à son socle la statue de Pouchkine. A la même place. « Quoi c’est la même neige encore après vingt ans ? » Subversion des mots qui se répètent, des choses qui se répètent. Une poétesse a passé sa vie dans une file aux portes de la Lubianka, étés, hivers qui se répètent. Histoire de caves, de sombres : comment croire si on plonge dans le noir les actions dont on n’ose parler ! Subversion des mots qu’on veut noyer !

Il est si simple de traverser le Tiergarten, d’ordinaire. Mais ça tire de partout. Dans l’immédiat, le chemin qui conduit aux abris reste masqué aux avions par les arbres que les bombes incendiaires n’ont pas encore brûlé. La recherche d’un vêtement civil s’impose : est venu le temps des déguisements. Joie ! Cet homme inerte sur le sol de béton offre un complet veston. En sus il laisse sa carte d’identité et sa carte de rationnement. Déshabillage. Habillage. Un peu serré aux épaules. Le change est applaudi par une femme traumatisée qui rit sans cesse d’un rire indélicat. On ignore encore que le Führer s’est donné la mort. La même scène le lendemain, il était lynché. Par le même public. Au motif qu’il se planquait ! qu’il avait cessé d’y croire, sans doute. Dans un sentiment d’abandon qu’il n’était pas autorisé à embrasser.

La singularité des Lumières résulte d’un sentiment romantique qui donne à son adepte la capacité d’éprouver l’espace infini, de se déplacer avec une légèreté de danseur-étoile au milieu des erreurs qui tombent en poussière à son passage. Les risques, il les a écartés, repoussés au-delà de l’arbre sec. En vrai philosophe, il rumine.

Les enfants s’entendent de loin. Ce sont ces rires que la photo évoque. On « entend la photo » si l’on veut. Ils jouaient à la balançoire. Ses deux grandes filles et son benjamin de garçon. A voir l’état du verger, cela (la photo) devait renvoyer à de lointaines années. A vrai dire, à regarder ces photos vous venaient une nostalgie. La chaleur du quartier résidentiel ne l’interdisait pas.

Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s